113. Le chanteur          (Daniel Balavoine)

 

Je m'présente, je m'appelle Henri

J'voudrais bien réussir ma vie, être aimé

Etre beau gagner de l'argent

Puis surtout être intelligent

Mais pour tout ça il faudrait que j'bosse à plein temps

 

J'suis chanteur, je chante pour mes copains

J'veux faire des tubes et que ça tourne bien, tourne bien

J'veux écrire une chanson dans le vent

Un air gai, chic et entraînant

Pour faire danser dans les soirées de Monsieur Durand

 

Et partout dans la rue

J'veux qu'on parle de moi

Que les filles soient nues

Qu'elles se jettent sur moi

Qu'elles m'admirent, qu'elles me tuent

Qu'elles s'arrachent ma vertu

 

Pour les anciennes de l'école

Devenir une idole

J'veux que toutes les nuits

Essoufflées dans leurs lits

Elles trompent leurs maris

Dans leurs rêves maudits

 

Puis après je f'rai des galas

Mon public se prosternera devant moi

Des concerts de cent mille personnes

Où même le tout Paris s'étonne

Et se lève pour prolonger le combat

Et partout dans la rue

J'veux qu'on parle de moi

Que les filles soient nues

Qu'elles se jettent sur moi

Qu'elles m'admirent, qu'elles me tuent

Qu'elles s'arrachent ma vertu

 

Puis quand j'en aurai assez

De rester leur idole

Je remont'rai sur scène

Comme dans les années folles

Je f'rai pleurer mes yeux

Je ferai mes adieux

 

Et puis l'année d'après

Je recommencerai

Et puis l'année d'après

Je recommencerai

Je me prostituerai

Pour la postérité

 

Les nouvelles de l'école

Diront que j'suis pédé

Que mes yeux puent l'alcool

Que j'fais bien d'arrêter

Brûleront mon auréole

Saliront mon passé

 

Alors je serai vieux

Et je pourrai crever

Je me cherch'rai un Dieu

Pour tout me pardonner

J'veux mourir malheureux

Pour ne rien regretter

J'veux mourir malheureux

114. Le chasseur        (Michel Delpech)

 

Il était cinq heures du matin

On avançait dans les marais… Couverts de brume

J'avais mon fusil dans les mains

Un passereau prenait au loin… De l'altitude

Les chiens pressés… marchaient devant

Dans les roseaux

 

Par dessus l'étang, soudain j'ai vu

Passer les oies sauvages

Elles s'en allaient vers le midi, la Méditerranée

 

Un vol de perdreaux par dessus les champs

Montait dans les nuages

La forêt chantait, le soleil brillait

Au bout des marécages

 

Avec mon fusil dans les mains

Au fond de moi je me sentais… Un peu coupable

Alors je suis parti tout seul

J'ai emmené mon épagneul… En promenade

Je regardais… le bleu du ciel

Et j’étais bien

  

Par dessus l'étang, soudain j'ai vu

Passer les oies sauvages

Elles s'en allaient vers le midi, la Méditerranée

 

Un vol de perdreaux par dessus les champs

Montait dans les nuages

La forêt chantait, le soleil brillait

Au bout des marécages

 

Et tous ces oiseaux qui étaient si bien

Là-haut dans les nuages

J’aurais bien aimé les accompagner

Au bout de leur voyage

 

Oui tous ces oiseaux qui étaient si bien

Là-haut dans les nuages

J’aurais bien aimé les accompagner

Au bout de leur voyage

115. Le freak          (Chic)

 

Ah…  Freak out !        Le Freak, c’est Chic  X 4

 

Have you heard      about the new dance craze ?

Listen to us             I'm sure you'll be amazed

Big fun                    to be had by everyone

It's up to you           It surely can be done

Young and old        are doing it, I'm told

Just one try             and you too will be sold

It's called Le Freak         They're doing it night and day

Allow us                we'll show you the way

Ah…  Freak out !        Le Freak, c’est Chic

 

All that pressure       got you down

Has your head         spinning all around

Feel the rhythm       check the ride

Come on along        and have a real good time

Like the days of       stopping at the Savoy

Now we freak          oh what a joy

Just come on down        to fifty four

Find a spot              out on the floor

Ah…  Freak out !        Le Freak, c’est Chic

Instru

All that pressure        got you down

Has your head          spinning all around

Feel the rhythm        check the ride

Come on along         and have a real good time

Like the days of        stopping at the Savoy

Now we freak           oh what a joy

Just come on down        to fifty four

Find a spot out         on the floor… Ah…  Freak out !

116. Le jazz et la java       (Claude Nougaro)

 

Quand le jazz est, quand le jazz est là

La java s'en, la java s'en va

Il y a de l'orage dans l'air, Il y a de l'eau dans le

Gaz entre le jazz et la java

 

Chaque jour un peu plus y'a le jazz qui s'installe

Alors la rage au cœur la java se fait la malle

Ses petites fesses en bataille sous sa jupe fendue

Elle écrase sa gauloise et s'en va dans la rue

 

Quand le jazz est quand le jazz est là

La java s'en, la java s'en va

Il y a de l'orage dans l'air, il y a de l'eau dans le

Gaz entre le jazz et la java

 

Quand j'écoute béat un solo de batterie

V’là  la java qui râle au nom de la patrie

Mais quand je crie bravo à l'accordéoniste

C'est le jazz qui m'engueule, me traitant de raciste

 

Quand le jazz est, quand le jazz est là

La java s'en, la java s'en va

Il y a de l'orage dans l'air, il y a de l'eau dans le

Gaz entre le jazz et la java

  

Pour moi jazz et java c'est du pareil au même

Je me saoule à la Bastille et m’ noircis à Harlem

Pour moi jazz et java dans le fond c'est tout comme

Quand le jazz dit "Go men", la java dit "Go hommes"

 

Quand le jazz est, quand le jazz est là

La java s'en, la java s'en va

Il y a de l'orage dans l'air, Il y a de l'eau dans le

Gaz entre le jazz et la java

 

Jazz et java copains ça doit pouvoir se faire

Pour qu'il en soit ainsi tiens,  je partage en frère

Je donne au jazz mes pieds pour marquer son tempo

Et je donne à la java mes mains pour le bas de son dos

Et je donne à la java mes mains pour le bas de son dos

117. Le pénitencier           (Johnny Haliday)

 

Les portes du pénitencier

Bientôt vont se refermer

Et c'est là que je finirai ma vie

Comme d'autres gars l'ont finie

 

Pour moi, ma mère a donné

sa robe de mariée

Peux-tu jamais me pardonner

je t'ai trop fait pleurer

 

Le soleil n'est pas fait pour nous

C'est la nuit qu'on peut tricher

Toi qui ce soir as tout perdu

Demain, tu peux gagner

 

Oh, mères, écoutez-moi

Ne laissez jamais vos garçons

Seuls la nuit traîner dans les rues

Ils iront tout droit en prison

 

Et toi la fille qui m'a aimé

Je t'ai trop fait pleurer

Les larmes de honte que tu as versées

Il faut les oublier

 

Les portes du pénitencier

Bientôt vont se refermer

Et c'est là que je finirai ma vie

Comme d'autres gars l'ont finie

118. Le Sud      (Nino Ferrer)

       

C'est un endroit qui ressemble à la Louisiane

à l'Italie

Il y a du linge étendu sur la terrasse

Et c'est joli

 

On dirait le Sud          

Le temps dure longtemps

Et la vie sûrement

Plus d'un million d'années

Et toujours en été

 

Y'a plein d'enfants qui se roulent sur la pelouse

Y'a plein de chiens

Y'a même un chat, une tortue, des poissons rouges

Il ne manque rien

 

On dirait le Sud          

Le temps dure longtemps

Et la vie sûrement

Plus d'un million d'années

Et toujours en été

 

Di di di di ...

La la la la …

 

Un jour ou l'autre, il faudra qu'il y ait la guerre

On le sait bien

On n'aime pas ça, mais on ne sait pas quoi faire

On dit c'est le destin

 

Tant pis pour le Sud          

C'était pourtant bien

On aurait pu vivre

Plus d'un million d'années

Et toujours en été

119. Le vent nous portera           (Noir Désir)

 

Je n'ai pas peur de la route

Faudrait voir, faut qu'on y goute

Des méandres au creux des reins

Et tout ira bien la

Le vent l'emportera

 

Ton message la grande ourse

Et la trajectoire de la course

L'instantanée de velours

Même s'il ne sert rien

Le vent l'emportera

Tout disparaitra

Le vent nous portera

 

La caresse et la mitraille

Cette plaie qui nous tiraille

Le palais des autres jours

D'hier et demain

Le vent les portera

 

Génétique en bandoulière

Des chromosomes dans l'atmosphère

Des taxis pour les galaxies

Et mon tapis volant, lui

Le vent l'emportera

Tout disparaitra

Le vent nous portera

  

Ce parfum de nos années mortes

Ce qui peut frapper a ta porte

L'infinité du destin

On en pose un, qu'est-ce qu'on en retient ?

Le vent l'emportera

  

Pendant que la marée monte

Et que chacun fait ses comptes

J'emmène au creux de mon ombre

Des poussières de toi

Le vent les portera

Tout disparaitra

Le vent nous portera

120. Le vieux piano d'la plage     (Charles trenet)