137. Mon fils, ma bataille        (Daniel Balavoine)

 

Ça fait longtemps que t'es parti… Maintenant

Je t'écoute démonter ma vie… En pleurant

Si j'avais su qu'un matin je serais là sali jugé sur un banc

Par l'ombre d'un corps que j'ai serré si souvent

Pour un enfant

 

Tu leur dis que men métier… C'est du vent

Qu'on ne sait pas ce que je serais… Dans un an

Si ils savaient que pour toi avant de tous les chanteurs

J'étais le plus grand

Et que c'est pour ça que tu voulais un enfant… Devenu grand

 

Les juges et les lois… Ca me fait pas peur

C'est mon fils ma bataille, fallait pas qu'elle s'en aille

Oh je vais tout casser… Si vous touchez

Au fruit de mes entrailles, fallait pas qu'elle s'en aille

 

Bien sur c'est elle qui l'a porté… Et pourtant

C'est moi qui lui construit sa vie… Lentement

Tout ce qu'elle peut dire sur moi n'est rien à coté du sourire qu'il me tend

L'absence à des torts que rien ne défend… C'est mon enfant

  

Les juges et les lois… Ca me fait pas peur

C'est mon fils ma bataille, fallait pas qu'elle s'en aille

Oh je vais tout casser… Si vous touchez

Au fruit de mes entrailles, fallait pas qu'elle s'en aille

 

Les juges et les lois, ça me fait pas peur

Oh fallait pas qu'elle s'en aille oh

Oh je vais tout casser… Si vous touchez

Au fruit de mes entrailles, Oh fallait pas qu'elle s'en aille oh

138. Morgane de toi           (Renaud)

 

Y a un mariolle, il a au moins quatre ans

Y veut t' piquer ta pelle et ton seau

Ta couche culotte avec tes bonbecs dedans

Lolita, défend-toi, fous-y un coup d'râteau dans l' dos

 

Attend un peu avant d’te faire emmerder

Par ces p'tits machos qui pensent qu'à une chose

Jouer au docteur non conventionné

J'y ai joué aussi, je sais de quoi j' cause

J' les connais bien les play-boys des bacs à sable

J' draguais leurs mères avant d' connaître la tienne

Si tu les écoutes y t' feront porter leurs cartables

'Reusement qu' j' suis là, que j' te regarde et que j' t'aime

 

Lola

J'suis qu'un fantôme quand tu vas où j' suis pas

Tu sais ma môme que j' suis morgane de toi

 

Comme j'en ai marre de m' faire tatouer des machins

Qui m' font comme une bande dessinée sur la peau

J'ai écrit ton nom avec des clous dorés

Un par un, plantés dans le cuir de mon blouson dans l' dos

 

T'es la seule gonzesse que j' peux tenir dans mes bras

Sans m' démettre une épaule, sans plier sous ton poids

Tu pèses moins lourd qu'un moineau qui mange pas

Déploie jamais tes ailes, Lolita t'envole pas

Avec tes miches de rat qu'on dirait des noisettes

Et ta peau plus sucrée qu'un pain au chocolat

Tu risques de donner faim a un tas de p'tits mecs

Quand t'iras à l'école, si jamais t'y vas

 

Lola

J'suis qu'un fantôme quand tu vas où j' suis pas

Tu sais ma môme que j' suis morgane de toi

 

Qu'est-ce qu' tu m' racontes tu veux un p'tit frangin

Tu veux qu' j' t'achète un ami Pierrot

Eh les bébés ça s' trouve pas dans les magasins

Puis j' crois pas que ta mère voudra qu' j' lui fasse un p'tit dans l' dos

 

Ben quoi Lola on est pas bien ensemble

Tu crois pas qu'on est déjà bien assez nombreux

T'entends pas c' bruit, c'est le monde qui tremble

Sous les cris des enfants qui sont malheureux

Allez viens avec moi, j' t'embarque dans ma galère

Dans mon arche y a d' la place pour tous les marmots

Avant qu' ce monde devienne un grand cimetière

Faut profiter un peu du vent qu'on a dans l' do

 

Lola

J'suis qu'un fantôme quand tu vas où j' suis pas

Tu sais ma môme que j' suis morgane de toi

139. New York, New York            (Liza Minelli)

 

Start spreading the news      I’m leaving today

I wanna be a part of it          New York, New York

These vagabond shoes          Are longing to stray

And step around the heart of it   New York, New York

 

I wanna wake up in the city   That doesn’t sleep

To find I’m king of the hill          Top of the heap

 

My little town blues         Are melting away

I’ll make a brand new start of it       In old New York

If I can make it there      I’d make it anywhere

It’s up to you  New York  New York

 

 

I wanna wake up    In the city that doesn’t sleep

To find I’m king of the hill,    Head of the list

Cream of the crop at the top of the heap

 

My little town blues     Are melting away

I’ll make a brand new start of it    In old New York

If I can make it there      I’d make it anywhere

Come on, come through   New York  New York

140. New-York avec toi                  (Téléphone)

 

Un jour j'irai à New-York avec toi

Toutes les nuits déconner

Et voir aucun film en entier, ça va d'soi

Avoir la vie partagée, tailladée

Bercés par le ronron de l'air conditionné

Dormir dans un hôtel délatté

Traîner du côté gay et voir leurs corps se serrer

Voir leurs cœurs se vider et saigner

Oui, saigner

 

Un jour, j'irai là-bas

Un jour, chat, un autre rat

Voir si le cœur de la ville bat en toi

Et tu m'emmèneras… Emmène-moi

 

Un jour j'aurai New-York au bout des doigts

On y jouera, tu verras

Dans les clubs il fait noir, mais il ne fait pas froid

Il ne fait pas froid si t'y crois

Et j'y crois !

Les flaques de peinture sur les murs ont parfois

La couleur des sons que tu bois

Et puis c'est tellement grand que vite on oubliera

Que nulle part c'est chez moi, chez toi

Chez nous quoi !

 

Un jour, j'irai là-bas

Un jour, chat, un autre rat

Voir si le cœur de la ville bat en toi

Et tu m'emmèneras… Emmène-moi

Emmène-moi, appele-moi…

 

Toucher à ci, toucher à ça

Voir si le cœur de la ville bat en moi

Et tu m'emmèneras ! …Emmène moi !

141. Nights in white satin       (The Moody Blues)

 

Nights in white satin

Never reaching the end

Letters I've written

Never meaning to send

 

Beauty I'd always missed

With these eyes before

Just what the truth is

I can't say anymore

 

'Cause I love you…  Yes, I love you

Oh, how, I love you

 

Gazing at people

Some hand in hand

Just what I'm going thru

They can understand

 

Some try to tell me

Thoughts they cannot defend

Just what you want to be

You will be in the end

 

 And I love you… Yes, I love you

Oh, how, I love you

Oh, how, I love you

 

Instru

  

Nights in white satin

Never reaching the end

Letters I've written

Never meaning to send

 

Beauty I'd always missed

With these eyes before

Just what the truth is

I can't say anymore

 

'Cause I love you… Yes, I love you

Oh, how, I love you

Oh, how, I love you

 

'Cause I love you… Yes, I love you

Oh, how, I love you

Oh, how, I love you

142. No woman, no cry            (Bob Marley)

  

No, woman, no cry… No, woman, no cry

No, woman, no cry… No, woman, no cry

 

Say I remember when we used to sit

In a government yard in Trenchtown

Oba - obaserving the 'ypocrites

Mingle with the good people we meet

Good friends we have, good friends we have lost

Along the way, yeah!

In this great future, you can't forget your past

So dry your tears, I say..

 

No, woman, no cry… No, woman, no cry

A little darlin', don't shed no tears

No, woman, no cry

 

Said I remember when we used to sit

In the government yard in Trenchtown

And then Georgie would make the fire lights

I seh, logwood burnin' through the nights

 

Then we would cook cornmeal porridge

Of which I'll share with you, ooh

My feet is my only carriage

And so I've got to push on through

Oh, while I'm gone

 

Everything's gonna be all right!  X 8

 

So woman, no cry … No, woman, no cry

O little darlin', don't shed no tears

No, woman, no cry

143. Nuit magique          (Catherine lara)

O.K. ... 
il n'y avait rien à faire 
O.K. ... 
Dans cette ville étrangère 
O.K. ... 
tu étais solitaire 
O.K. ... 
j'avais l'cœur à l'envers 
O.K. ... 
tout ça n'était qu'un jeu 
O.K. ... 
on jouait avec le feu 
O.K. ... 
on s'est pris au sérieux 
O.K. ... 
le rire au fond des yeux 

Nuit magique 
Une histoire d'humour qui tourne à l'amour 
Quand vient le jour 
Nuit magique 
On perd la mémoire au fond d'un regard 
Histoire d'un soir 
Nuit magique 
Si loin de tout sans garde-fou 

Autour de nous 
Nuit magique 
Nuit de hasard on se sépare 
Sans trop y croire 

 

O.K. ... 
c'est une histoire de peau 
O.K. ... 
on repart à zéro 
O.K. ... 
on oublie aussitôt 
O.K. ... 
qu'on s'est tourné le dos 

Nuit magique 
Une histoire d'humour qui tourne à l'amour 
Quand vient le jour 
Nuit magique 
On perd la mémoire au fond d'un regard 
Histoire d'un soir 
Nuit magique 
Si loin de tout sans garde-fou 
Autour de nous 
Nuit magique 
Nuit de hasard on se sépare 
Sans trop y croire

 

144. On écrit sur les murs        ( KIDS UNITED)

  

On écrit sur les murs le nom de ceux qu'on aime 
Des messages pour les jours à venir 
On écrit sur les murs à l’encre de nos veines 
On dessine tout ce que l'on voudrait dire 

Partout autour de nous, 
Y'a des signes d'espoir dans les regards 
Donnons leurs écrits car dans la nuit 
Tout s'efface même leur trace 

On écrit sur les murs le nom de ceux qu'on aime 
Des messages pour les jours à venir 
On écrit sur les murs à l’encre de nos veines 
On dessine tout ce que l'on voudrait dire 

On écrit sur les murs la force de nos rêves 
Nos espoirs en forme de graffiti 
On écrit sur les murs pour que l'amour se lève 
Un beau jour sur le monde endormi 

Des mots seulement gravés pour ne pas oublier pour tout changer 
Mélangeons demain dans un refrain nos visages, métissages 

On écrit sur les murs le nom de ceux qu'on aime 

Des messages pour les jours à venir 
On écrit sur les murs à l 'encre de nos veines 
On dessine tout ce que l'on voudrait dire 


On écrit sur les murs la force de nos rêves 
Nos espoirs en forme de graffiti 
On écrit sur les murs pour que l'amour se lève 
Un beau jour sur le monde endormi 

On écrit sur les murs le nom de ceux qu'on aime 
Des messages pour les jours à venir 
On écrit sur les murs à l 'encre de nos veines 
On dessine tout ce que l'on voudrait dire 

On écrit sur les murs le nom de ceux qu'on aime 
Des messages pour les jours à venir 
On écrit sur les murs à l’encre de nos veines 
On dessine tout ce que l'on voudrait dire 

On écrit sur les murs la force de nos rêves 
Nos espoirs en forme de graffiti 
On écrit sur les murs pour que l'amour se lève 
Un beau jour sur le monde endormi 

Un beau jour sur le monde endormi